La pathologie du tendon du biceps (tendinite et lésion)

Le biceps est un muscle au niveau du bras qui a deux tendons. Par un tendon il s’accroche sur le promontoire de l’omoplate (os coracoïde), pendant que le deuxième tendon traverse l’articulation de l’épaule pour s’attacher sur la partie articulaire (glène) de l’omoplate.

Ce deuxième tendon s’appelle la longue portion du biceps (LPB). Ce tendon peut présenter une inflammation (tendinite) ou des lésions (rupture, désinsertion).

Les tendinites sont l’apanage surtout de certains sportifs (joueur de golf, de tennis, lanceur de javelot, base-ball…).

La prise en charge de ces lésions est complexe et souvent multidisciplinaire.

Les tendinites du biceps peuvent être rencontrées aussi chez des patients avec des pathologies associées (rupture de coiffe, arthrose acromio-claviculaire, instabilité de l’épaule…).

Quand aux lésions de désinsertion ou de rupture du tendon, celles-ci peuvent apparaître après un effort sportif ou physique majeur, suite à une chute (avec le bras tendu vers l’avant), ou se produire spontanément chez des patients avec des atteintes pathologiques du tendons de la coiffe.

La plainte principale des patients est la douleur, elle se situe sur la face externe de l’épaule vers la partie antérieure avec irradiation sur la partie antérieure du bras.

Les manœuvres de contraction contrariées sont positives. Le patient n’arrive plus à dormir sur l’épaule douloureuse et tout mouvement du bras devient pénible à cause de cette douleur.

Des examens complémentaires seront réalisés afin de confirmer le diagnostic (arthroscanner, IRM ou échographie de l’épaule).

Le traitement de ces lésions est complexe. Il tient compte de type de lésion, de l’âge du patient, de l’activité sportive, du métier, de l’existence de lésions associées. Dans un premier temps un traitement antalgique et anti-inflammatoire, des séances de kinésithérapie ainsi que l’infiltration de produits à base de cortisone peuvent être prescrites. Si la lésion est retrouvée lors des examens radiologiques nous envisageons une prise en charge chirurgicale par voie arthroscopique (mini-invasive) souvent lors d’une hospitalisation de très courte durée (hôpital de jour).

Plusieurs procédés sont décrits.

La ténotomie représente un lâchage de l’insertion intra-articulaire du biceps par une section tendineuse. Après une ténotomie ce tendon bicipital peut être fixé plus bas, sur l’humérus afin d’éviter les contraintes intra-articulaires (ténodèse).

La réparation de la lésion du biceps (surtout type SLAP) par suture. Nous utilisons des ancres qui sont fixées dans l’os, dont les fils qui y sont attachés seront utilisés pour réparer la lésion.

Bien sur tous ces gestes s’effectuent par voie arthroscopique.

Dans les suites post-opératoires le bras reste maintenu dans une écharpe de 2 à 5 semaines selon la technique utilisée. La rééducation sera aussi adaptée en fonction de la technique utilisée. Elle pourra démarre à 1-2 semaines de l’intervention, dans un premier temps avec des mouvements passifs (exécutés par le kinésithérapeute) et seulement par après avec une mobilisation active effectuée par le patient lui-même en contractant les muscles. La récupération de la fonction de l’épaule devrait être complète à environ 2-3 mois de l’intervention, et la reprise d’une activité sportive pourra être envisagée à environ 4-5 mois selon le type de sport.

Liens utiles

       
             
       
             
       
             
       
             
         

Organismes