Les fractures du Genou

C'est un chapitre très vaste qui comprend une multitude de lésions dont la prise en charge est complexe.

Le traitement chirurgical est souvent proposé pour ces fractures du genou car le but principal est de rconstruire une articulation mobile, quasi normale permettant la reprise de la marche au même niveau qu'avant le traumatisme.

Les techniques utilisées sont multiples et la décision chirurgicale prend en compte plusieurs facteurs :

    - L'âge auquel la fracture intervient,
    - Le type de fracture,
    - La complexité de la fracture,
    - L'existence de lésion associée (vaisseau, nerf, plaie cutanée),
    - L'intensité du traumatisme,
    - Le niveau d'ostéoporose,
    - L'état de l'articulation et du genou avant le traumatisme,
    - L'état général du patient, ...

Il serait trop complexe d'énumérer toutes les techniques chirurgicales que l'on peut utiliser.

Il faut simplement savoir que le but principal est de récupérer les surfaces articulaires du genou.

Je me suis habitué à utiliser le plus souvent les plaques vissées en titane dont les vis se verrouillent dans la plaque. Ce matériel nous met à l'abri de tout déplacement secondaire du matériel de synthèse permettant une reprise plus rapide de l'appui sur la jambe opérée.

D'autres techniques peuvent être utilisées :

  •     - Clou antéro ou rétrograde,
  •     - Plaque vissée classique,
  •     - Fixateur externe,
  •     - Prothèse de genou.

Dans les images suivantes vous retrouverez quelques fractures qui ont été traitées par des méthodes chirurgicales (ostéosynthèse ouverte).

La guérison des fractures du fémur et du tibia nécessitent souvent environ quatre mois, si on tient compte de la durée de la récupération il faut envisager un arrêt de travail d'environ cinq mois (si tout va bien).
La durée de l'arrêt de travail est influencée par les éventuelles lésions associées (d'autres fractures, lésion des nerfs ou des vaisseaux).

Après une fixation chirurgicale de la fracture la jambe est souvent immobilisée avec un plâtre, l'appui total sur la jambe opérée est rarement conseillé avant trois mois de la date de l'intervention.
Un appui partiel pourra être envisagé sous la protection de deux béquilles en fonction de l'évolution radiologique, rarement avant deux mois de l'opération.

Des séances de kinésithérapie avec mobilisation de l'articulation sont envisagées assez rapidement ainsi que la mise au fauteuil.

Les fils de suture sont retirés au quatorzième jour post-opératoire.

Le médecin traitant recevra les consignes nécessaires pour le suivi de ce type de lésion.

Liens utiles

       
             
       
             
       
             
       
             
         

Organismes