LA TENDINITE DU GENOU

Plusieurs lésions tendineuses au niveau du genou sont considérées comme des « tendinites » (exemple atteinte du tendon rotulien, quadriceps ou fascia lata).

La tendinite du tendon rotulien reste la plus fréquente.

La tendinite rotulienne ou la tendinite du jogger (Jumper’s Knee).

Le tendon rotulien est une structure qui se trouve en dessous de la rotule (patella) permettant l’attachement du muscle quadriceps (muscle de la cuisse) au tibia ;  à l’aide du tendon rotulien avec la contraction du muscle quadriceps nous obtenons l’extension du genou.

Cette tendinite apparaît surtout chez le sportif pratiquant des sports avec des contractions brusques du muscle quadriceps. Il en résulte une mise en tension brutale du tendon : par exemple lors de saut Les stress répétés vont produire des petites ruptures au niveau du tendon. D’habitude le corps humain est capable de guérir cette petite rupture. Quand les ruptures deviennent trop nombreuses et dépassent le pouvoir de guérison de l’organisme, il en résulte une tendinite. Ces tendinites sont donc des lésions de stress, de sur utilisation.

En effet la charge tensionnelle du tendon rotulien arrive jusque 7 fois le poids du corps chez les joueurs de football lors du tir et 9-11 fois le poids du corps chez les joueurs de volley-ball quand ils sautent pour frapper. Cette mise en charge brusque avec une tension excentrique au niveau du tendon rotulien est la première cause de cette tendinite.

Les sports favorisant l’apparition de ces tendinites sont :

Basket, volley-ball, football, jogging, squash, tennis, athlétisme avec les sauts en hauteur, les courses d’obstacles…

Les américains considèrent qu’il s’agit de la règle de 3 T (Trop souvent, trop long, trop vite).

Des autres  facteurs intrinsèques peuvent favorisent l’apparition de ces tendinites. Il s’agit d’un mauvais alignement au niveau du pied, de la cheville, les pieds plats, les troubles de rotation au niveau du tibia, la différence de longueur des membres inférieurs, la déviation exagérée au niveau du genou…

Tous ces facteurs doivent être pris en considération lors du bilan d’une tendinite rotulienne.

Symptomatologie

La douleur se trouve juste à la pointe de la rotule et elle augmentate lors de la mise en extension des muscles de la cuisse.

Une tuméfaction qui se développe au niveau du tendon rotulien juste en dessous de la rotule ; le patient décrit parfois aussi des sensations de brûlure, chaleur.

Il y a plusieurs degrés d’atteinte :

1. La douleur apparaît juste après l’entraînement,
2.La douleur apparaît avant et après l’entraînement, mais disparaît dès que l’athlète s’est bien échauffé,
3.La douleur persiste pendant l’entraînement et limite sa performance,
4. La douleur est présente toute la journée.

Avec le temps le genou devient douloureux en totalité car il y a une inflammation du corps de Hoffa(la graisse derrière le tendon) qui s’ajoute ainsi qu’une chondropathie rotulienne (souffrance du cartilage).

Bilan radiologique

L’échographie peut souvent être suffisante pour confirmer l’atteinte du tendon.

L’IRM est demandée quand la symptomatologie n’est pas tout à fait classique, et que les lésions tendineuses se situent surtout au niveau de la face profonde du tendon.

Les radiographies et les scanners sont nécessaires pour compléter le bilan, à la recherche des facteurs favorisants

L’évolution de la tendinite se fait vers une tendinose voir une tendinite chronique quand des zones de dégénérescence (nodules) se forment dans la masse du tendon.

Traitement :

L’athlète doit comprendre qu’il ne sert à rien de continuer à produire son effort si les douleurs sont toujours présentes. Il est important de quantifier la douleur sur une échelle de 0 à 10. Si l’activité sportive lui produit un inconfort avec une douleur qui se situe sur l’échelle entre 3 et 6, il est souhaitable que toute activité sportive soit arrêtée. Dans un premier temps on peut utiliser simplement des antalgiques et on limite l’utilisation d’anti-inflammatoire. L’axe principal du traitement doit être la kinésithérapie et la physiothérapie bien conduites.

Le froid → le glaçage du tendon rotulien doit être utilisé dans les 24-48 heures qui suivent un effort, les applications ne doivent pas dépasser 20 minutes / heure. La fréquence est réduite dès que la douleur diminue.

Le repos → il est très important ; une simple mise en repos de l’articulation peut parfois suffire à la disparition des symptômes. Par contre ceux-ci peuvent réapparaître à l’effort et à la reprise du sport.

Le strapping → il peut réduire la douleur et les contraintes au niveau du tendon. Le strapping doit entourer la rotule, se continuer en dessous de la rotule et réorienter  les forces agissant au niveau du tendon.

Les anti-inflammatoires → ils peuvent être prescrits en local ou en comprimé. Les anti-inflammatoires type IBUPROFENE sont préférés.

La mésothérapie → représente une autre méthode de traitement avec des résultats bénéfiques.

La physiothérapie → comprend l’utilisation d’ultrasons, de lasers, l’électrothérapie, et l’ionisation afin de diminuer la douleur et favoriser le processus de guérison.

Les massages profonds au niveau du tendon → peuvent être efficaces.

La kinésithérapie → reste le pilier le plus important du traitement de ces tendinites. Le renforcement du quadriceps améliore la balance des forces autour de la rotule. Le stretching des ischio-jambiers est important pour diminuer la pression antérieure au niveau du genou. Le stretching du psoas iliaque reste utile. Le travail des chaînes musculaires avec des protocoles spécifiques pour améliorer la balance musculaire et diminuer la raideur de la colonne lombaire reste important ; on privilégie les exercices type squat ainsi que le travail sur le muscle tibial antérieur. 

La consultation d’un podologue s’avère parfois nécessaire avec une étude de la marche car souvent des semelles adaptées doivent être prescrites.la différence de longueur des membres doit être corrigée.

La prévention joue un rôle important dans le traitement ; les entraîneurs, les sportifs, les staffs qui accompagnent le sportif doivent connaître les méthodes pour éviter l’irritation du tendon lors des entraînements.

Le traitement chirurgical est parfois nécessaire. Lors de la chirurgie on effectue un « peignage » du tendon rotulien, ceci stimule la capacité de guérison des tendons avec une revascularisation du tendon. La partie endommagée, cicatricielle du tendon est enlevée. Le remodelage du tendon est suffisant pour la restauration d’une fonction normale.

 

Liens utiles

       
             
       
             
       
             
       
             
         

Organismes