Prothèses de hanches

La prothèse totale de hanche

1. Définition

Le remplacement de l’articulation de la hanche s’appelle une arthroplastie, elle comprend l’ablation de la partie malade de l’articulation qui sera remplacée par une articulation « artificielle » qui s’appelle une prothèse.
L’articulation de la hanche est formée par la tête du fémur qui va s’articuler avec le cotyle (partie qui se trouve dans l’os du bassin).
Les surfaces osseuses sont couvertes d’une couche élastique très lisse s’appelant le cartilage. Avec le temps ces surfaces lisses s’usent et diminuent d’épaisseur.
L’os sous-jacent sera mis à nu et un frottement va apparaître entre les surfaces osseuses. Ce frottement est l’explication de la douleur, l’arthrose correspond donc à l’usure du cartilage.
L’arthrose de la hanche s’appelle coxarthrose.
La mise en place d’une prothèse totale de hanche peut être proposée aussi chez les patients avec des fractures de hanche qui présentent une usure moyenne de ce cartilage, ou chez les patients avec des fractures de hanche après 55-60 ans.

3. Indications

Le but de la mise en place d’une prothèse totale de hanche est d’augmenter la mobilité et surtout la fonction de l’articulation malade.
Les patients avec des maladies de la hanche ont souvent une hanche très douloureuse qui les empêche de marcher normalement, surtout sur des grandes distances. La hanche est souvent raide, les patients sont souvent réveillés la nuit par ces douleurs de hanche, qui au fur et à mesure, ne cessent plus après la prise de calmants pour la douleur.

Plusieurs maladies peuvent amener la destruction de l’articulation de la hanche :

  • arthrose
  • rhumatisme
  • tumeur de la hanche
  • nécrose de la tête du fémur dans le cadre de différentes maladies

  • fracture de la tête du fémur

    Avec le temps ces symptômes deviendront de plus en plus importants, diminuant le confort de vie. Le patient va restreindre ses activités, il va sortir de moins en moins de sa maison, il sera obligé d’utiliser une canne. Au fur et à mesure que la destruction de la hanche va avancer le patient se trouvera « clouer » dans un fauteuil roulant.

    5. Avant l'intervention

    Avant l’intervention vous allez rencontrer le chirurgien choisi, il va vous poser des questions sur les éventuelles maladies dont vous souffrez, le traitement pris, il va vous examiner et étudier vos radiographies. Des examens supplémentaires seront peut être demandés.
    Après avoir posé le diagnostic, l’intervention vous a été proposée. Une consultation avec un anesthésiste a été programmée, il choisira en accord avec le chirurgien l’anesthésie la plus appropriée à votre cas (anesthésie générale -› endormi complètement, rachis anesthésie -› les deux jambes endormies, ou anesthésie régionale -› jambe opérée endormie). Lors de cette consultation vous pouvez poser toutes les questions concernant l’anesthésie ainsi que le traitement de la douleur post-opératoire.
    L’anesthésiste risque de vous demander aussi des examens complémentaires (bilan sanguin, ECG, radiographie du thorax, …), examens qui peuvent être effectués parfois par les médecins de famille si vous avez des maladies associées (maladie cardiaque, pulmonaire, rénale).
    Les infections dentaires doivent être traitées avant tout remplacement prothétique de la hanche.
    Avant l’intervention vous devez envisager avec le médecin anesthésiste l’arrêt de certains médicaments.
    Avant même votre hospitalisation vous devez préparer votre sortie de l’hôpital. La rééducation de la hanche opérée pourra démarrer à l’hôpital, mais pourra être ensuite continuée dans un service de rééducation spécialisé selon vos souhaits.

    6. L’intervention

    Télécharger le diaporama

    Vous serez hospitalisé dans le service de chirurgie traumatologie orthopédie la veille de l’intervention, mais si l’intervention est prévue pour l’après midi on peut envisager une hospitalisation le matin même. 
    Bien sur si des examens sont encore nécessaires l’hospitalisation devra se faire quelques jours avant l’intervention. 
    Les infirmières feront tout pour que vous puissiez vous installer confortablement dans votre chambre. 
    La veille de l’intervention un souper léger vous sera offert, après minuit vous ne pourrez plus manger ni boire vous devrez donc rester à jeun. 
    L’opération chirurgicale en elle-même va durer environ 60-80 minutes, si vous n’avez pas choisi une anesthésie générale vous pourrez écouter pendant l’intervention vos chansons préférées. 
    Dans les 48 heures qui suivent l’intervention vous allez recevoir des antibiotiques. Après l’intervention vous serez conduit dans la salle de réveil, et dès que vous serez bien éveillé on vous amènera dans votre chambre. Vous remarquerez deux petits tubes qui sortent de la peau près de la hanche, il s’agit de drains qui doivent évacuer le sang qui risque de s’accumuler dans la hanche après l’intervention. D’habitude ces drains sont complètement enlever deux jours après l’intervention.
    Par des perfusions on vous administrera de puissants calmants pour combattre la douleur post-opératoire. 
    Des bas de contention devront être portés afin d’empêcher toute stagnation du sang dans les jambes, cette stagnation pourrait entraîner la formation de caillots indésirables à l’origine des thromboses veineuses. 
    Afin d’éviter les thromboses, des piqures vous seront faites tous les jours dans la peau du ventre, celles-ci vont augmenter la fluidité du sang et empêcher donc la formation de thrombose. 
    Ce traitement devra être poursuivi pendant quatre semaines (même après votre retour à la maison). 
    Après 48 heures vous serez mis au fauteuil et le kinésithérapeute commencera à vous réapprendre à marcher avec un déambulateur ou avec des béquilles. Lors de la marche vous devrez utiliser deux cannes pendant un mois, puis une canne pendant encore un mois. Même si la marche pouvait se faire sans cannes j’insiste pour qu’au deuxième mois vous utilisiez encore ou toujours une canne. 
    Des radiographies de contrôle sont effectuées d’habitude au deuxième ou troisième jour après l’intervention, elles serviront à contrôler le bon positionnement de la prothèse. Pendant l’hospitalisation vous allez vous entraîner à marcher avec des béquilles jusqu’au temps que vous puissiez le faire en toute sécurité et seul. On augmentera progressivement la distance à marcher avec des béquilles, et le kinésithérapeute corrigera (si nécessaire) votre façon de marcher. 
    Le plus souvent on autorise le retour au domicile dès que vous êtes capable de monter et descendre les escaliers en utilisant bien sur les béquilles. 
    Le plus souvent l’hospitalisation est d’environ une semaine, vous pourrez donc ensuite regagner votre domicile. A votre sortie des séances de kinésithérapie vous seront prescrites. 
    Si vous avez choisi un centre de rééducation la durée de l’hospitalisation sera raccourcie car les centres sont médicalisés. 
    Le chirurgien vous reverra en consultation au bout de six semaines avec une radiographie de contrôle. 
    L’ablation des fils (des agrafes) devra être effectuée par le personnel médical qualifié au bout de quatorze-seize jours après l’intervention. 
    A la maison votre kinésithérapeute vous aidera à renforcer vos muscles, à mieux marcher avec les béquilles, et récupérer complètement votre hanche opérée. 
    A la sortie vous aurez une prescription avec trois séances de kinésithérapie par semaine pendant minimum six semaines, vous pourrez faire du vélo lorsque vous pourrez marcher correctement sans béquille (normalement après six semaines). Après quatre semaines vous pourrez nager, et au bout de six semaines conduire la voiture. 
    Afin de diminuer l’inflammation autour de la cicatrice opératoire vous devez marcher tous les jours.

    8. Les complications possibles

    Elles sont rares, environ 2 à 3% de cas.

    L'hématome post-opératoire :

    Raison pour laquelle nous laissons en place pendant 48 heures des petits drains qui vont enlever le sang qui risque de s'accumuler après l'intervention.

    Les calcifications :

    Des calcifications dans le muscle de voisinage peuvent être prévenues par l'administration de certains anti-inflammatoires pendant environ cinq jours.

    Les thromboses :

    Elles sont prévenues par les piqûres faites au niveau du ventre (pendant un mois), ainsi que par le port de bas de contention à garder pendant six semaines.
    Bien sur le fait de marcher tous les jours diminue le risque d'éventuelles thromboses veineuses.
    La présence de douleurs au niveau de votre mollet doit vous amener à consulter immédiatement le chirurgien afin d'exclure une éventuelle thrombose qui s'est installée malgré les mesures de prévention.

    L'infection pos-opératoire :

    Afin d'empêcher cette éventuelle infection vous allez recevoir pendant 48 heures des antibiotiques en administration préventive.
    Si la plaie devient rouge n'hésitez pas à contacter au plus vite le chirurgien.
    Dès qu'une infection se produit un traitement antibiotique ciblé sera administré empêchant la propagation de cette infection vers la prothèse.
    Si vous sentez que vous avez de la fièvre vous devez consulter au plus vite votre médecin traitant..

    Des douleurs parfois sans explication précise :

    Certains patients peuvent développer des inflammations autour de la hanche opérée (tendinite, bursite).
    Ces douleurs finissent par céder en général au traitement médical (infiltration) et à la kinésithérapie.

    Luxation de la prothèse de hanche :

    C'est une complication rare, sa fréquence dépend de la voie d'abord que le chirurgien pratique. L'hospitalisation après la réduction de la luxation est très courte.

    L'inégalité des longueurs des membres inférieurs :

    Parfois une certaine inégalité de longueur peut être observée. Le port d'une petite talonette règle facilement le problème. Quand la différence de longueur est inférieure à cinq centimètres nous ne prévoyons pas de talonette compensatrice

    9. Actualités dans les arthroplasties de hanchete compensatrice

    On peut utiliser une voie d’abord avec des sections limitées au niveau des muscles (abord mini-invasif) : les suites post-opératoires sont beaucoup plus simples avec un lever plus précoce ainsi qu'une hospitalisation moins longue. 
    L'utilisation de prothèse non cimentée avec des couples de frottement de céramique (dont l'usure est moindre et la vie de la prothèse est prolongée) est conseillée surtout pour les personnes plus jeunes.

    2. La prothèse totale de hanche

    Elle est composée de trois parties :

  • la tige fémorale,
  • le cotyle,
  • la tête fémorale.
  • La tige est une pièce en alliage spécial qui est implantée dans le fémur, elle sera fixée par du ciment ou par simple impaction. L’autre extrémité restée libre représente le col de la prothèse sur laquelle viendra s’attacher la tête fémorale.
    La tête fémorale va s’articuler avec le cotyle dont la partie intérieure est couverte d’une surface lisse (polyéthylène, céramique, métal autrement travaillé).
    Chaque matériau a ses avantages et inconvénients, la prothèse idéale n’existant pas. Le type de prothèse sera adapté en fonction de la pathologie, de l’âge du patient et de l’état de destruction de la hanche. Le choix de la prothèse sera effectué par le chirurgien en fonction de ces critères.
    Les prothèses totales de hanche actuelles ont une durée de vie d’environ 15 à 25 ans. Cette durée de vie dépend des matériaux avec lesquels les prothèses ont été conçues. Au bout de ce délai la prothèse peut être changée ou envisager le changement de la partie usée.
    Les prothèses cimentées sont souvent conseillées à des personnes âgées (après 80 ans) lorsque la consistance osseuse est moins bonne, le scellement de la prothèse augmente la stabilité permettant la reprise précoce de l'appui.
    Chez des personnes plus jeunes les prothèses non cimentées sont couvertes d'une couche d'hydroxy-apatite permettant une ostéointégration biologique de la prothèse.

    Télécharger le diaporama

    4. Raisons pour lesquelles on réalise la prothèse totale de la hanche

    La prothèse totale de hanche va remplacer l’articulation devenue malade. Les patients vont retrouver une hanche avec une mobilité normale et surtout non douloureuse, ils ne devront plus utiliser de médicament pour la douleur, et le confort de vie sera différent. Ils pourront marcher sans boiter et sans canne, et ne devront plus limiter les distances à parcourir.
    La reprise de certains sports peut être envisagée par la suite, dans un très grand nombre de cas on aboutit à une hanche « oubliée », c'est-à-dire quasiment normale. Cette opération est souvent réalisée par les chirurgiens orthopédistes, et la technique médicale est bien mise au point.
    Nous pouvons dire que cette intervention est tellement banalisée que l’on ne retrouve presque plus d’équipe de chirurgie orthopédique qui ne pratique pas cette intervention.
    La décision pour le moment de l’intervention vous appartient, elle doit être réalisée quand la gêne douloureuse est devenue importante.
    L’intervention chirurgicale doit être programmée d’un commun accord entre le chirurgien et le patient, lors de la consultation préparatoire n’oubliez pas de poser toutes les questions au chirurgien qui va vous opérer.

    7. Après l'intervention

    Le retour à domicile doit être préparé avant votre intervention.
    Vous devez être sur d’avoir un lit confortable et assez haut, d’avoir assez de place dans la salle de bains et surtout autour des toilettes. Vous devez préparer un fauteuil avec un repose pieds, enlever les éventuels tapis glissants ou fils traversant les pièces.
    Vous pourrez dormir sur le côté opéré après la 4ème-6ème semaine de l'intervention.
    Le chirurgien vous reverra en consultation de contrôle à six semaines de l'intervention avec une nouvelle radiographie de contrôle.
    Par la suite vous serez convoqué à six mois de l'intervention, puis une fois par an.
    Le succès de votre intervention dépend en large mesure de la façon à laquelle vous allez respecté les instructions données par les chirurgiens pendant les quatres semaines après votre retour à domicile.
    Les pansements au niveau de la plaie opératoire devront être changés deux fois par semaine jusqu'à l'ablation des fils.
    Une douche peut être prise après l'ablation des fils ou en utilisant des pansements protecteurs spéciaux.
    Préparer la maison, mettre un tabouret dans la douche permet de se laver avec moins de risque de glisser, il faudra envisager des poignets dans les toilettes afin de s'aider à se lever ou s'asseoir.

    Quelques conseils lorsque vous avez une prothèse totale de hanche :

  • Participer régulièrement à des séances d'exercices       physiques afin de maintenir votre forme physique,
  • Prendre des précautions afin d'éviter des chutes,
        lorsque l'on a une prothèse totale de hanche une
       chute peut être dangereuse car les fractures autour
       des prothèses de hanche sont beaucoup plus
       difficiles à traiter que les fractures chez une
       personne n'ayant pas de prothèse de hanche,
  • Signaler à votre dentiste que vous avez une prothèse
       de hanche, il vous conseillera de prendre des
       antibiotiques avant tout geste dentaire,
  • N'oubliez pas de revoir votre chirurgien orthopédiste
       une fois par an avec une radiographie de contrôle.
  • Liens utiles

         
               
         
               
             

    Organismes