Protocole de suivi après reconstruction du LCA

1. Phase d'hospitalisation

Objectif : récupération de la mobilité, réveil musculaire et acquisition du verrouillage actif, apprentissage de la marche avec aide

  • Massage trophique et mobilisation de la rotule, prévention de phlébite
  • Mobilisation active-aidée en flexion/extension + arthromoteur
  • Travail du quadriceps :
  •      - Réveil du quadriceps
         - Co-contraction du quadriceps et des I.J. : écraser un coussin ou la main du kinésithérapeute placé sous
           le genou.
         - Travail en chaîne cinétique fermée : poussée de pied et triple retrait

  • Entretien global du membre inférieur : hanche et pied (battements jambes tendues et circumduction de     cheville)
  • Apprentissage de la marche avec attelle et cannes anglaises.
  •  

    2.Phase de réadaptation à la vie quotidienne (jusqu’à S6)


    Cette phase va permettre la récupération des activités de la vie quotidienne (marche, montée-descente des escaliers, conduite automobile,...) et la reprise d’un travail sédentaire ou peu actif.

    Les objectifs sont donc centrés sur la reprise de la marche sans aide, un genou indolore, une extension complète et une flexion active > 120°.

    Les séances se déroulent à domicile pendant les 3 premières semaines à raison de 2 à 3 fois par semaine selon les progrès du patient. Chaque séance dure 40 mn et est essentiellement active.

    Il est impératif de rester infra-douloureux et d'effectuer la kinésithérapie avec douceur.

    L'objectif principal est la récupération de la marche sans aide. Il faudra particulièrement insister sur ce point.


  • 1. Massage, mobilisation de rotule :

    La séance commence toujours par un massage doux périarticulaire et cicatriciel. On y associe une mobilisation de la rotule dans le sens transversal et vertical.

    2. Récupération de l'extension :

    a récupération de l'extension se fait selon la technique de l'écrasé du creux poplité, en actif 

    Pas de recherche de l'hyperextension. 
    Pas de posture avec poids. 
    Pas d'étirement des ischio-jambiers 

    3. Récupération de la flexion :

    Elle s'effectue allongé en actif-aidé par le kiné avec technique de piégeage articulaire par l'intermédiaire de la cheville et au bord du lit.

    Ne jamais forcer ni provoquer de douleur pendant ou après l'exercice. La flexion doit "venir" progressivement. En moyenne, la flexion est de 90° à 3 semaines.
    Ne pas faire d'étirement du quadriceps en décubitus ventral (il s'agit d'une raideur articulaire et non musculaire).

  • 4. Travail musculaire en chaîne cinétique fermée :

    Le quadriceps et les Ischio-Jambiers (IJ) ne seront travaillés qu'en chaîne cinétique fermée (CCF) afin de ne pas surcharger le transplant et la rotule.

    L'exercice consiste en des poussées et des triples retraits de jambe dans l'axe contrôlés par le kiné.

    • - Massage trophique et mobilisation de la rotule, prévention de phlébite
    • - Mobilisation active-aidée en flexion/extension + arthromoteur

     

    5. Travail de la marche :

    Il n’existe aucune contrainte nécessitant de garder l’attelle et les cannes anglaises 3 semaines, seuls les progrès dictent la progression. L’objectif est la possibilité de marcher sans aide entre 2 et 4 semaines. Le kiné doit donc faire travailler la marche dès la sortie de l’hospitalisation pour récupérer un schéma de marche physiologique. Ce travail de la marche s'effectue d'abord avec cannes anglaises (CA) sans attelle puis progressivement sans CA.

    6. Physiothérapie :

    Le glaçage est utilisé de manière systématique.
    La physiothérapie antalgique peut être utilisée en tant que traitement adjuvant.
    L'électromyostimulation n'est jamais utilisé comme méthode de musculation mais uniquement en adjuvant et particulièrement pour lever une sidération musculaire.

    3. Phase d’auto rééducation (S6 - M4) 

    La kinésithérapie est généralement arrêtée à cette phase selon l’indication du médecin (cf. "protocole général").

    Les critères de pause kinésithérapique sont la reprise de la marche sans aide avec un genou indolore, une extension complète et une flexion active > 120°

    Des exercices d’auto-rééducation sont alors proposés pour parfaire la récupération (cf. fiche "Exercices à la phase d'auto-rééducation").

    4. Phase de rééducation intensive (M4 - M6)

    À cette phase, la kinésithérapie est reprise, ce qui va permettre une récupération maximale des amplitudes, de la force et de la stabilité du genou afin d’envisager la reprise sportive.

    Le critère de reprise de la kinésithérapie est d’avoir un genou indolore et non inflammatoire.

    Objectifs : Récupération de la force, des amplitudes et de la stabilité maximale du genou, en insistant sur les points suivants :

    • - Récupération maximale de la force du quadriceps en chaîne fermée et des ischio-jambiers en chaîne
         ouverte et fermée 
    • - Rééducation proprioceptive 

     

    1. Récupération maximale de l’amplitude articulaire

    A cette phase, toutes les amplitudes sont travaillées (flexion/extension et rotations). Toutes les techniques de gain d’amplitudes peuvent être utilisées, bien entendu en respectant toujours la règle de la non-douleur et de la douceur.

    • - Ne pas travailler l’hyperextension 
    • - Les techniques de contracté-relâché en position de flexion maximale sur le ventre sont particulièrement nocives pour le genou d’autant que le plus souvent la raideur est articulaire ou péri-articulaire et non musculo-tendineuse. Ces techniques ne sont justifiées que s’il existe une raideur musculaire réelle (mesurée au goniomètre par la différence entre la flexion en décubitus dorsal et ventral, normale < 10°) et en les utilisant avec extrême douceur. 

     

    2. Récupération maximale de la force 

    Les différentes composantes de la force seront travaillées : force-endurance d’abord puis force-vitesse et force maximale.

    Pour le quadriceps, ne travailler qu’en chaîne fermée, la CCO provoquent des contraintes importantes au niveau du transplant (même si la charge est proximale) ainsi que sur la rotule.

    Les Ischio-Jambiers peuvent être travaillés indifféremment en CCO ou en CCF. Ne pas oublier de les solliciter dans leurs fonctions de flexion et de rotation.

    Voici quelques exemples possibles :

    • - Presse à jambe : Le travail s’effectue sur une presse entre 0° et 45 à 60 ° de flexion. 
      - Demi-squat : Travail de musculation avec charges et demi-flexion (0 – 40°) 
    • - Pliométrie : Foulées bondissantes, sauts à pieds joints avec step en avant, en arrière et sur les côtés. 

     

    Si difficulté ou progrès insuffisants, travail sur CYBEX : Travail isocinétique de flexion/extension à vitesse faible et élevée.

    Techniques à éviter :

    • - Bien que non interdites, les techniques en CCO sont déconseillées car elles provoquent des contraintes
         importantes au niveau du transplant (même si la charge est proximale). 
    • - Les techniques isométriques avec temps de travail importants (>10-20 s), en particulier la technique
        de la chaise (s’asseoir le long d’un mur). 
    • - Les techniques de contracté-relâché en position de flexion maximale sont particulièrement nocives
        pour le genou. 
    3. Rééducation proprioceptive :

    De multiples exercices existent pour développer la proprioceptivité avec ou sans matériel. En voici quelques exemples classiques : 

    • Debout sur un plateau de Freeman en se tenant éventuellement à un espalier. 
    • Debout sur un trampoline, le patient doit se tenir sur une jambe sans sauter. 
    • Debout sur un trampoline, le patient doit effectuer des sauts, des jonglages… 
    • Corde à sauter sur 2 puis sur 1 pied avec déplacements en avant, en arrière et latéraux. 
    • Parcours proprioceptifs avec sauts sur trampoline puis plateaux instables… 

     

    5. Phase de réadaptation sportive (M6 - M12)

    Après 6 mois, la kinésithérapie est remplacée par une réadaptation sportive en salle et sur le terrain. Une progression dans la reprise des sports est donnée en fonction de la récupération du genou. Les sports d'endurance sont d'abord repris puis les sports plus contraignants mais sans contact physique, enfin les sports dits "pivot-contact" sont repris entre 9 mois et 1 an avec l’accord du médecin.

     

     

    Liens utiles

         
               
         
               
         
               
         
               
           

    Organismes