Fractures

Hip fractures

You can have a hip fracture at any age, but most often these fractures occur in people older than 65.

Over time, the bones lose their density and become osteoporotic. This progressive loss of bone density is at the origin of loss of resistance, likely to lead to a hip fracture, even after a minor trauma.

These fractures may lead to important complications especially in elderly patients. Fortunately, care of these fractures is currently well provided, and full recovery is obtained in most cases.

These fractures are most often found at the femoral neck or trochanteric massif (proximal part of the femur). Usually, in case of fractures of the femoral neck (at the elderly), we opt for the placement of a prosthetic hip (intermediary or full), while for trochanteric fractures, osteosynthesis is the preferred technique.

For the osteosynthesis of these types of fractures, we use special implants, which will be discussed depending on the type of fracture.

I prefer osteosynthesis by minimal percutaneous incisions with centromedullary implants that allow quick mobilization of the hip operated, with early resumption of walking.

Diagnosis

Patients often see a doctor as a result of a fall, when they areinable to move their legs and feel severe pain in the groin; any support on the leg is impossible and the lowest hip mobilization is painful. The foot is most commonly rotated outwards.

Treatment

Usually patients are taken to the ER by ambulance or family.

A hip X-ray is performed at arrival and surgical opinion of the doctor on-call is required, who assured the hospital stay organization. If the diagnosis of hip fractureis confirmed, surgical recommendation will be made ​​by the surgeon who provides care for  thistype of fracture.

For femoral neck fractures, we usually propose a total hip replacement (depending on age; if the patient is older than 75, we can discuss the opportunity of an intermediate prosthesis). The surgeon can choose between cementless or cemented prosthesis. Most often, for the elderly, I propose a cemented prosthesis, given the existing osteoporosis. After mounting a hip prosthesis, rehabilitation is followed as in the cases of total hip replacement for arthrosis (see Chapter “Hip arthrosis”).

On the contrary, if the fracture affects especially the proximal part of the femur (trochanteric region), osteosynthesiswill be provided.

Après la mise en place d’une prothèse de la hanche la rééducation se poursuit comme pour les cas prothèse totale de hanche pour arthrose (cf chapitre arthrose de la hanche).

Osteosynthesis with a suitable implant is performed percutaneously with incisions rarely exceeding 5-6 cm.

After osteosynthesis, walking resumption is authorized depending on the type of fracture. For some fractures, resumption of walking could take a week after surgery, while in case of certain complex fractures, resumption of walking will be authorized 3 to 6 weeks after surgery. Suitable rehabilitation is proposed according to the surgical technique used.

Possible complications

These types of interventions are sometimes, but not often, associated with complications such as:

•Deep vein thrombosis, which is why antithrombotic prophylaxis is recommended, by injections patients should administrate for thirty days after the surgery, one injection per day.

•Urinary infection

•Pneumonia

•Loss of muscle strength -> rehabilitation is proposed, adapted mostly to ensure a speedy recovery of the muscle strength

•  Haematoma

•  Infection

These complications are (in theory) common for almost all surgeries but due to the preventive measures implemented, they are becoming less common.

Patients leave the institution after 7 to 10 days; depending on several factors (environment, age, general condition,…). They return home or are transferred to the rehabilitation department.

When leaving the hospital, patients receive prescriptions for antithrombotic sub-cutaneous injections (Clexane).

Special compression stockings should be maintained for 4-6 weeks.

Rehabilitation will be according to the type of intervention: total support for complete hip prostheses or partial under the protection of a supporter or crutches for hip fractures.

Patients are seen again by doctors in one week after hospital discharge, when stitches are removed, and four weeks after surgery, with a control X-ray of the hip operated on. Other regular medical visits are considered .

Fractures

Les fractures de la hanche

Vous pouvez avoir une fracture de la hanche à tout âge mais le plus souvent ces fractures surviennent chez les personnes au-delà de 65 ans.

Avec le temps les os perdent leur densité et ils deviennent ostéoporotiques. Cette perte progressive de la densité osseuse est à l’origine d’une perte de résistance susceptible d’entraîner une fracture de la hanche même après un traumatisme mineur.

Ces fractures peuvent engendrer des complications importantes surtout chez les patients âgés, heureusement la prise en charge de ces fractures est bien codifiée actuellement avec le plus souvent une récupération complète de la fonction de la hanche.

Cette fracture concerne le col du fémur ou le massif trochantérien (la partie proximale du fémur). Le plus souvent pour les fractures du col du fémur (chez les personnes âgées) nous optons pour la mise en place d’une prothèse de hanche (intermédiaire ou totale), alors que pour les fractures trochantériennes l’ostéosynthèse représente une technique de choix.

Pour l’ostéosynthèse de ces types de fractures nous utilisons des plaques vissées ou des clous, l’avantage de chaque implant est à prendre en discussion en fonction du type de fracture.
Mais personnellement je suis plutôt favorable à une ostéosynthèse par des incisions à minima par voie percutanée avec des clous centromédullaires qui permettent une mobilisation rapide de la hanche opérée avec une reprise précoce de la marche.

Diagnostic

Les patients se présentent souvent suite à une chute avec l’incapacité de bouger le membre inférieur avec une douleur sévère localisée dans le creux inguinale ; toute prise d’appui sur le membre inférieur touché est impossible et la moindre mobilisation de la hanche est à l’origine d’une douleur lancinante. Le pied regarde le plus souvent vers l’extérieur.

Prise en charge

Le plus souvent le patient est amené au service des urgences par l’ambulance ou par la famille.
Dès son arrivée une radiographie de la hanche concernée est faite et un avis chirurgical est demandé par le médecin urgentiste qui a assuré la prise en charge.
Si le diagnostic de fracture de la hanche étant retenu l’indication chirurgicale devra être posée par le chirurgien qui assure la prise en charge de cette fracture.

Pour les fractures de la hanche le plus souvent nous proposons une prothèse totale de hanche (en fonction de l’âge si la patiente dépasse 75 ans on peut discuter de l’opportunité d’une prothèse intermédiaire). Le chirurgien a le choix entre une prothèse non cimentée ou cimentée, le plus souvent pour les personnes âgées je propose une prothèse cimentée étant donné l’ostéoporose existante.
Après la mise en place d’une prothèse de la hanche la rééducation se poursuit comme pour les cas prothèse totale de hanche pour arthrose (cf chapitre arthrose de la hanche).

Par contre si la fracture touche surtout la partie proximale du fémur (région trochantérienne) une ostéosynthèse devrait être prévue.
L’ostéosynthèse avec un clou adapté est effectuée par une voie percutanée avec des incisions qui dépassent rarement 5-6 centimètres maximum.
Après l’ostéosynthèse la reprise de la marche est autorisée en fonction du type de fracture. Pour certaines fractures la reprise de la marche pourra se faire une semaine après l’opération tandis que pour certaines fractures plus complexes la reprise de la marche sera autorisée à seulement 3-6 semaines de l’intervention. Une rééducation adaptée est proposée en fonction de technique chirurgicale utilisée.

Complications possibles

Ces types d’interventions sont parfois, mais pas souvent, associées avec des complications de type :

  • Thrombose veineuse profonde, raison pour laquelle une prophylaxie antithrombotique est réalisée avec
    des injections que les patients doivent faire pendant les trente jours qui suivent l’intervention au rythme
    d’une fois par jour.
  • Infection urinaire
  • Pneumonie
  • Perte de force musculaire -› une rééducation adaptée est proposée le plus souvent afin d’assurer
    une récupération rapide au niveau de la force musculaire
  • Hématome
  • Infection

Ces complications sont communes pour quasi toutes les interventions chirurgicales et grâce aux mesures de prophylaxie elles sont de moins en moins rencontrées.

Les patients quittent l’établissement après 7-10 jours ; en fonction de plusieurs facteurs (environnement, âge, état général,…) nous proposons le retour à domicile ou le transfert dans un service de rééducation.
A sa sortie le patient reçoit une prescription pour des injections sous cutanées des anti thrombotiques (Clexane).

Les bas de cont ention doivent être maintenus pendant 4-6 semaines.

La rééducation se fera en fonction du type d’intervention, appui total pour les prothèses totales de hanche ou partiel sous la protection d’un déambulateur ou de béquilles pour les fractures de hanche.

Les patients sont revus en consultation de contrôle à une semaine de l’intervention lorsque nous pratiquons l’ablation des fils de suture et à quatre semaines de l’intervention avec une radiographie de contrôle de la hanche opérée. Des autres contrôles réguliers sont envisagés par la suite.

2018 - DuncaSKS. All Rights Reserved.